Menu

Procès de l'abattoir du Vigan


Les faits

Le 23 février 2016, L214 révélait des images tournées à l'abattoir certifié bio du Vigan dans le Gard. On voyait sur la vidéo un opérateur jeter violemment des moutons apeurés, sans parvenir à les faire avancer. Dans une autre séquence, l’employé s’amusait à infliger des décharges électriques à la tête des animaux, sous les rires de son collègue. Les images montraient également que le box où sont amenés les bovins avant d'être saignés était inadapté et que la pince pour étourdir cochons et moutons était défaillante !
Nous avions alors porté plainte contre l'abattoir pour sévices graves.

→ Voir l'enquête : Derrière les murs de l'abattoir du Vigan


Le procès

Jeudi et vendredi dernier se tenait, au tribunal correctionnel d'Alès, le procès contre l’abattoir du Vigan, le premier procès ayant à juger des sévices graves et actes de cruauté dans un abattoir en France. Trois employés de l'abattoir et la Communauté de Communes du Pays Viganais étaient sur le banc des prévenus. Nous saluons l'investissement du Parquet dans ce dossier qui a pris la mesure des faits et consacré deux jours d'audience à cette affaire.
Les médias ont largement relayé le déroulement des audiences de ce procès très attendu. Les articles ont été innombrables. Un sujet a été consacré à cette affaire au 20h de TF1. Par exemple, découvrez ci-dessous une interview de Sébastien Arsac, porte-parole de L214, et l'article du journal Libération paru vendredi.

Les réquisitions

Douze mois avec sursis, une interdiction de travailler dans un abattoir pendant 5 ans, une interdiction de détenir des animaux d'élevage et 3 400€ d'amendes ont été requis à l'encontre d'un des salariés. Des peines moins lourdes ont été requises pour les deux autres opérateurs. Quant à la Communauté de Communes, ce sont six amendes de 1 000€ chacune qui ont été demandées par le procureur pour "ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour veiller au bon respect des règles".

Mise au point

L214 rappelle qu'au delà de la condamnation de ces agissements d'une extrême brutalité commis à l'égard des animaux par un employé de l'abattoir du Vigan, l'enjeu de ce procès était de mettre toute la lumière sur le quotidien des abattoirs. L’abattoir du Vigan incarne ce que beaucoup présentent comme un idéal : un petite structure, un “approvisionnement” local, des circuits courts, un abattoir certifié bio. Et pourtant... Tous les abattoirs sont synonymes de détresse, de souffrance et de mort. La violence est inhérente aux abattoirs. En choisissant d'écarter la viande de nos assiettes, nous mettons un terme à la tuerie des animaux.

→ Végétalisons notre alimentation !

lire la suite sur L214.com




Génération Végétale | Actualités | Solutions | Livres | On soutient


Newsletter