Menu

Ce qui a changé après un an sans manger de viande

De viandarde assumée, j’ai tracé ma route jusqu’au végétarisme convaincu. J’aimais sincèrement la viande.



Il y a un an j'ai troqué mon complet de carnivore contre une tenue de végétarienne.

De viandarde assumée, j'ai tracé ma route jusqu'au végétarisme convaincu. J'aimais sincèrement la viande. Mais une fois les œillères isolées, il faut avouer qu'elle perd de son charme. D'écoutes en lectures, de réflexions en prises de conscience, un jour, j'ai arrêté.

 

Un an après, ça donne quoi?


Les goûts changent, les sensations restent

Je prenais du plaisir à être carnivore, je prends du plaisir à être végétarienne!
 
Je démonte mes nouvelles lasagnes, je dézingue mes nouvelles pizzas, je tartine mes nouveaux pâtés à même la langue.
Je n'ai pas perdu en goût, j'ai gagné en diversité!
 
Revoir son alimentation c'est aussi réapprendre à cuisiner et découvrir tout ce que nos habitudes nous empêchaient de chercher!

On voit la viande sous un autre angle

Les premières semaines, je prenais conscience de tout ce que je n'allais plus manger et je dois reconnaître qu'on pouvait parfois lire dans mes yeux un désarroi tragi-comique!

 

Mais c'était sans compter sur la compréhension grandissante de ce que je mettais dans mon assiette jusque là.

Savoir, et surtout arrêter d'ignorer les réalités, m'a fatalement coupé toute envie de barbaque.

Mon végétarisme est devenu naturel!

Je me surprends même à éprouver de l'aversion pour le sauciflard. Et c'était pourtant ma kryptonite!


On se pose d'autres questions

Le pourquoi du végétarisme varie d'une personne à une autre.
Je me suis retrouvée pour ma part dans ce combo: je ne veux plus manger d'animaux et je ne veux plus rendre malade l'espace où je vis.
Ces motivations entraînent inexorablement d'autres remises en question:
Je ne veux plus manger d'animaux revient à dire que je ne veux plus qu'on tue d'autres espèces vivantes pour mon simple plaisir gustatif.
Mais si je refuse ces exploitations et ces abattages, est-ce que je peux assumer de participer à l'exploitation et à l'abattage pour d'autres produits alimentaires, pour mes produits de beauté ou pour mes vêtements?
Je ne veux plus rendre malade l'espace où je vis revient à dire que je veux le bien de notre planète.
Mais si je veux en prendre soin, est-ce que je ne dois pas revoir d'autres niveaux de ma consommation?
Je suis bien loin du véganisme et je suis bien loin d'être au point pour établir le guide du parfait petit consommateur, mais devenir végétarienne m'a ouvert les yeux sur notre société et c'est une excellente chose!
Je manque de courage et souvent de volonté, mais petit à petit, j'essaie de faire de mon mieux pour accorder mes pensées et mes actes!

lire la suite sur huffingtonpost.fr



Génération Végétale | Actualités | Solutions | Livres | On soutient


Newsletter